HomeAccueil / Shelldale Centre (Guelph)

Shelldale Centre (Guelph)

September 4, 2018 • 34 min read

Aperçu | les partenaires | la vision | le parcours | Avantages et valeur ajoutée | Leçons tirées et conseils

Shelldale Hub exterior

Description générale

Le Shelldale Centre  est un carrefour bien ancré dans le quartier Onward Willow à Guelph, en Ontario. À l’origine, ce centre a été conçu par des résidents et était appuyé par des fournisseurs de services importants. La présente étude de cas porte sur la croissance et l’évolution du centre, ainsi que sur les nombreux organismes et groupes qui façonnent et favorisent son développement au fil des ans.

En 1990, des voisins altruistes se sont rassemblés pour offrir des mesures de soutien et faire du développement communautaire dans le quartier Onward Willow, une zone hautement prioritaire physiquement coupée des services offerts au centre de Guelph. Ces résidents ont par la suite formé l’un des premiers groupes de voisinage de Guelph.

Le projet Partir d’un bon pas pour un avenir meilleur, lancé en 1991 par les résidents d’Onward Willow, est devenu un noyau auquel de nombreux autres services et mesures de soutien se sont greffés au fil des ans.

Les Family and Children’s Services en sont devenus le commanditaire, et l’Université de Guelph, le partenaire universitaire. Les premiers ont mis des locaux à la disposition de l’équipe du projet Partir d’un bon pas pour un avenir meilleur et lui a servi d’entité intermédiaire (ou fiduciaire) pendant bon nombre d’années. Cette initiative faisait partie d’un projet pilote de recherche longitudinale de 25 ans, financé par le gouvernement de l’Ontario, visant à évaluer l’efficacité des politiques et des programmes de prévention auprès des enfants.

Au départ, les programmes étaient offerts dans une maison en rangée du quartier. Comme cet espace ne suffisait pas à la demande, un nouvel emplacement a été acquis dans le quartier, près de l’école élémentaire. Le nouvel espace communautaire, baptisé « Family Gateway », comptait un bureau que les différents organismes partenaires pouvaient utiliser à tour de rôle.

L’Onward Willow Neighbourhood Group a pris possession de la maison en rangée et offrait des activités au Family Gateway, comme des programmes pour enfants, un club de déjeuner, des programmes après l’école et une colonie de vacances.

L’équipe du projet et ses partenaires sont aussi devenus trop à l’étroit dans le deuxième espace. Quand l’école locale a été déclarée inoccupée en 1999, l’équipe a manifesté sa volonté d’y déménager. Elle avait conscience des avantages que présentait la collaboration dans la prestation de services à la population, et c’est ainsi que l’idée de créer un carrefour a commencé à germer.

Des négociations s’ensuivirent, et l’école a finalement été vendue à la Cité de Guelph, qui l’a revendue aux Family and Children’s Services. En 2001, ces derniers ont créé l’organisme sans but lucratif Shelldale Community Centres pour qu’il devienne propriétaire de l’école. Cet organisme est ensuite devenu Kindle Communities inc., une entité ayant le mandat de répondre aux besoins en locaux des organismes communautaires offrant des services aux enfants et aux familles.

À la fin de 2001, l’équipe du projet et d’autres partenaires, notamment Wellington-Dufferin-Guelph Public Health, les Family and Children’s Services, Guelph-Wellington Women in Crisis et le Service de police de Guelph, se sont installés dans l’espace rénové que l’on appelle maintenant le Shelldale Centre. Kindle Communities a embauché un administrateur général et, au fil du temps, des ententes de partenariat officielles ont été négociées avec les divers partenaires de services et communautaires.

Le Shelldale Centre s’est agrandi en 2006 avec l’intégration du Guelph Community Health Centre.

En 2015, la relation entre l’Onward Willow Neighbourhood Group et l’équipe du projet Partir d’un bon pas pour un avenir meilleur a été redéfinie : le projet porte maintenant le nom de Shelldale Better Beginnings Better Futures et constitue une entité distincte.


Les partenaires du carrefour

Partenaires responsables

 

Shelldale Better Beginnings Better Futures (BBBF) a fêté son 25e anniversaire dans le quartier Onward Willow en 2016. Jusqu’en 2015, l’organisme était lié à l’Onward Willow Neighbourhood Group, mais les deux constituent maintenant des entités distinctes. (Shelldale BBBF s’appelait auparavant Onward Willow BBBF.)

Le gouvernement provincial a lancé le projet Partir d’un bon pas pour un avenir meilleur en 1989 pour trouver des moyens de faire du développement communautaire, de favoriser le développement sain des jeunes enfants et de renforcer les familles.

 

Les Family and Children’s Services of Guelph and Wellington County (Family and Children’s Services) s’investissent dans la communauté de Shelldale et soutiennent les initiatives de participation et de développement communautaire depuis leurs débuts. Les premières années, ils ont commandité le projet Partir d’un bon pas pour un avenir meilleur et, en 1998, ouvert un bureau satellite à côté du Family Gateway.

En 2001, le conseil scolaire a vendu le bâtiment scolaire inutilisé à la Cité de Guelph, qui l’a ensuite revendu aux Family and Children’s Services. Ces derniers ont créé l’organisme Shelldale Community Centres inc. (maintenant appelé Kindle Communities inc.) pour qu’il gère leurs actifs, notamment le bâtiment scolaire. Les Family and Children’s Services ont joué un rôle de premier plan dans le soutien aux efforts déployés par les résidents et les groupes communautaires pour instaurer un centre dans le quartier Shelldale. Ils ont continué de favoriser le développement communautaire à Shelldale et ailleurs jusqu’en 2009, année où ils ont perdu le financement affecté à ces initiatives.

Les Family and Children’s Services louent des locaux au Shelldale Centre pour leur personnel et leurs programmes, et disposent d’employés qui soutiennent activement le quartier Onward Willow sur différents plans. Ils s’associent à d’autres intervenants pour aider les quartiers et continuent de militer pour l’offre d’un financement viable aux groupes de voisinage de Guelph.

 

Kindle Communities inc. est une entité que les Family and Children’s Services ont créée en 2001 pour qu’elle détienne leurs actifs, comme le Shelldale Centre. Baptisé à l’origine Shelldale Community Centres inc., l’organisme a changé de nom pour indiquer qu’il aménagerait et gérerait des propriétés et des locaux utilisés par d’autres groupes communautaires et sans but lucratif offrant des services aux enfants. Locateur sans but lucratif socialement responsable, il possède et gère deux résidences pour les jeunes en plus du Shelldale Centre.

 

Autres partenaires

En 1993, le Guelph Community Health Centre est devenu le partenaire du Family Gateway puis, en 2006, a ouvert un bureau satellite attenant au Shelldale Centre. Pendant de nombreuses années, il s’est impliqué activement au sein de la communauté et au Shelldale Centre.

 

Les partenaires du Shelldale Centre, à l’heure actuelle, sont le Guelph Community Health Centre, Play Sense (Hopewell Children’s Homes), les Immigrants Services, Lutherwood, l’Association Canadienne pour la Santé Mentale Waterloo Wellington, Wellington-Dufferin-Guelph Public Health, les Family and Children’s Services of Guelph and Wellington County et Shelldale BBBF.

 

L’Onward Willow Neighbourhood Group, un groupe de voisinage fondé en 1990 par des résidents, a joué un rôle déterminant dans la conception des services à la population et leur prestation.

Ses premières réunions se sont tenues dans des cuisines, et son premier programme pour enfants était offert depuis le coffre d’une voiture. Travaillant en étroite collaboration avec les Family and Children’s Services, le groupe a obtenu du financement pour le projet Partir d’un bon pas pour un avenir meilleur qui a appuyé l’offre d’activités dans la maison en rangée (le premier local communautaire à Guelph), puis au Family Gateway, et enfin, au Shelldale Centre.

Le groupe de voisinage se trouve dans l’Onward Willow Centre – une maison en rangée fournie par le comté de Wellington – depuis 1991. Il bénéficie maintenant de fonds et de soutien de la Guelph Neighbourhood Support Coalition.

 

En 2001, la Cité de Guelph a acheté la Shelldale School auprès du conseil scolaire pour la revendre aux Family and Children’s Services. La Cité a adopté en 2010 le cadre de participation des quartiers durables (Sustainable Neighbourhood Engagement Framework), définissant une nouvelle manière d’aider les quartiers à l’avenir. Elle a en outre créé la Guelph Neighbourhood Support Coalition, un organisme indépendant ayant comme mandat de développer et de soutenir les quartiers et de distribuer le financement municipal aux différents groupes, en fonction d’accords et de procédures définies.

 

Le comté de Wellington fournit une maison en rangée dans le quartier Shelldale à l’Onward Willow Neighbourhood Group.

 

La Guelph Neighbourhood Support Coalition, fondée en 2012, vise à aider les groupes de voisinage sur différents plans : embauche, médiation, soutien du personnel, développement stratégique, et résolution de problèmes.

La coalition distribue également des fonds accordés par la Cité de Guelph aux quartiers selon une entente officielle conclue avec la Cité. Des représentants des groupes de voisinage, notamment celui d’Onward Willow, font partie du Neighbourhood Panel, qui se réunit six fois par année. Il existe aussi un comité partenaire pour les organismes de service, le Partner Panel, qui se compose des Family and Children’s Services, de la Cité de Guelph, du Service de police de Guelph, du Guelph Community Health Centre, des Immigrants Services, et du comté de Wellington.

haut de la page


la vision

Au début des années 1990, Onward Willow était un quartier de ménages à faible revenu et de nouveaux arrivants pauvre en services de la cité de Guelph, dont les habitants sont en majeure partie issus de la classe moyenne. L’attention grandissante accordée aux problèmes d’accès et d’équité dans les quartiers, la disponibilité d’un bâtiment scolaire inutilisé, un groupe de résidents et de partenaires de services communautaires engagés, et la philosophie de renforcement des relations et des communautés des Family and Children’s Services, tous ces morceaux se sont imbriqués pour former ce que David Thornley, ancien directeur général du Guelph Community Health Centre, a qualifié de « parfait ouragan ». Les conditions idéales pour l’engagement et le leadership étaient réunies dans le quartier Onward Willow.

La vision consistait à créer une communauté viable et bienveillante où les résidents entretiennent des liens entre eux et avec des services, une famille ou un réseau de soutien. Sheila Markle, directrice générale des Family and Children’s Services, évoque un « réseau de soutien pour la population ». L’accueillant et polyvalent Shelldale Centre fournit l’orientation nécessaire pour réunir la population et les fournisseurs de services : il organise d’ailleurs des pique-niques et des rassemblements et offre des services officiels. « C’est un endroit sans pareil, selon Lorri Sauvé, ancienne directrice générale du projet Partir d’un bon pas pour un avenir meilleur. Tout est regroupé en un même lieu : c’est le meilleur moyen de fournir du soutien et des services aux familles et aux enfants. »

haut de la page


le parcours

Vous trouverez ici des faits intéressants ou particuliers concernant le processus de création et d’exploitation du carrefour – plutôt qu’un récit chronologique détaillé.

Leaders locaux

L’engagement, très tôt, des Family and Children’s Services et d’autres intervenants auprès du quartier Onward Willow a joué un rôle très important dans la création du Family Gateway et, par la suite, du Shelldale Centre. Les Family and Children’s Services ont commandité le projet Partir d’un bon pas pour un avenir meilleur et loué le local destiné à celui-ci, et ils étaient plus que prêts à assumer le prêt hypothécaire visant l’école. D’après Lorri Sauvé : « C’étaient eux, les leaders communautaires. »

 

Malgré une certaine opposition de la population à l’arrivée des fournisseurs de services dans le quartier, le maire et le conseil municipal étaient très favorables au concept de carrefour, et ont acheté la Shelldale School, une école inutilisée, avant de la revendre pour une somme symbolique aux Family and Children’s Services. Les fournisseurs de services ont montré leur engagement envers le quartier et le Shelldale Centre en louant des locaux et en travaillant avec la population.

 

Relation entre les fournisseurs de services et avec la population

Comme il a déjà été mentionné, ce sont les Family and Children’s Services qui ont créé Shelldale Community Centres inc. quand ils ont acheté le bâtiment scolaire à la Cité de Guelph en 2001. Lorsque le Shelldale Centre a ouvert ses portes à la fin de la même année, il abritait 12 groupes différents. Ce « centre des plus dynamiques », selon Sheila Markle, des Family and Children’s Services, offre des soins primaires, des services de santé mentale, des services aux immigrants, des programmes pour les mères adolescentes, de l’aide à l’emploi, des services de santé publique et des programmes pour les enfants et les adultes handicapés.

 

Shelldale Community Centres inc. a embauché un administrateur général qui assure la liaison entre les organismes, crée des partenariats et gère l’établissement. Comme la population craignait que son avis ait moins d’influence, collectivement, dans le nouveau centre, l’administrateur général a aussi dû consulter la communauté et les résidents et favoriser leur participation continue. Dana Nuttley, présidente du conseil d’administration du projet Partir d’un bon pas pour un avenir meilleur, se rappelle qu’au départ, des membres de la population s’inquiétaient de la nature des services qui s’intégreraient au quartier, comme ceux de maintien de l’ordre et de santé publique, et de leur influence sur la culture locale.

 

Deux ententes ont été négociées avec les partenaires, soit un bail et une entente de partenariat. Il a fallu deux ans pour négocier le libellé de ce dernier document, qui définit les rôles, les responsabilités et les processus décisionnels du centre, puis la signature des partenaires. L’entente exigeait notamment que les nouveaux locataires présentent au comité des partenaires et des membres de la communauté de Shelldale (Shelldale Partners and Community Members Committee) les avantages qu’ils procureraient au quartier s’ils s’installaient au Shelldale Centre. L’entente prévoyait également la tenue de réunions ordinaires, et un ratio de 2:1 pour les membres de la communauté et les professionnels siégeant aux comités du centre. Kate Bishop, ancienne administratrice générale de Kindle, a indiqué que la relation de partenariat était intentionnelle et visait à rassembler les gens, en partant du principe que tous les membres de la communauté – qu’ils soient fournisseurs de services ou résidents – pouvaient apporter une contribution. Erin Harvey, directeur aux Family and Children’s Services, a fait le commentaire suivant : « La collaboration est compliquée et prend du temps, mais elle est essentielle aux relations et au renforcement d’un carrefour communautaire. »

 

La situation a changé en 2008, quand Mme Bishop a quitté Kindle et que le poste d’administrateur général a alors été éliminé. Kindle continue cependant d’appuyer le centre, et organise des réunions bimestrielles entre les partenaires par l’intermédiaire du comité de coordination du Shelldale Centre (Shelldale Centre Coordinating Committee). Ces réunions portent sur l’échange d’information, la gestion du bâtiment et les relations entre les partenaires de services. Le centre bénéficie du soutien de Kindle et du personnel des Family and Children’s Services, qui appuie aussi cet organisme.

 

Kindle aide aussi le Shelldale Centre en fournissant des services communs, comme ceux d’accueil, de ménage et de gestion de la propriété. Même s’il doit rentrer dans ses frais, il tente de maintenir le loyer sous celui du marché tout en assurant le bon entretien du bâtiment (selon un récent examen, ce dernier nécessite un nouveau toit!). Le financement pose souvent problème, et certains fournisseurs de services, comme l’équipe du projet Partir d’un bon pas pour un avenir meilleur, ont du mal à trouver suffisamment de fonds pour payer le loyer et les frais administratifs.

 

Le rôle de la population dans la gestion du Shelldale Centre a lui aussi évolué : les membres de la communauté entretiennent des relations avec chaque fournisseur de services, un résident préside le conseil d’administration du projet Partir d’un bon pas pour un avenir meilleur, et les fournisseurs de services font participer la population à la planification et à d’autres initiatives. Le Shelldale Centre organise un grand nombre d’événements et d’activités communautaires, fait participer les résidents et met des locaux à leur disposition. Cependant, les résidents ne participent pas directement aux activités quotidiennes de gestion et d’exploitation du centre.

 

L’un des avantages du Shelldale Centre est qu’il crée des liens entre les familles et entre celles-ci et les fournisseurs de services, mais les systèmes ne sont pas intégrés, et les fournisseurs n’échangent pas de renseignements concernant l’aide familiale ou individuelle. Aux débuts du centre, les fournisseurs échangeaient de l’information sur la clientèle de manière informelle, mais ce n’est plus possible en raison de la réglementation en matière de confidentialité. Les partenaires trouvent que cette situation entrave l’amélioration de l’efficacité de la prestation des services, mais savent qu’elle ouvre également la voie à une collaboration future.

 

Récemment, les partenaires ont envisagé de se réunir pour créer une vision commune et, au lieu de simplement offrir individuellement des services dans un même endroit, collaborer davantage. Ils seraient en outre plutôt intéressés par l’idée de produire des données sur le quartier et le carrefour et d’utiliser celles-ci pour orienter la planification et les décisions liées au carrefour. Malheureusement, certains partenaires ont, selon David Thornley, perdu de leur marge de manœuvre en raison du durcissement des exigences en matière de financement et de responsabilité, ce qui pourrait limiter les possibilités d’innovation et de partenariats communautaires.

 

Avis de la population

Le rôle, l’avis et la participation de la population à l’égard du Shelldale Centre évoluent au fil du temps. D’après une étude menée au début des années 2000, près de la moitié de l’espace du centre servait à la réalisation d’initiatives gérées par la communauté et d’activités informelles. À l’heure actuelle, la population a accès à l’aire d’accueil commune, où du café et de l’eau sont offerts, ainsi qu’au gymnase (qui est aussi à la disposition des partenaires de services); le reste des locaux est loué aux fournisseurs de services.

 

La séparation entre le projet Partir d’un bon pas pour un avenir meilleur et l’Onward Willow Neighbourhood Group en 2015 a été un processus difficile qui a eu des répercussions sur leur relation de longue date. Une entente de partenariat décrivant les rôles et responsabilités futurs a été mise au point, mais le groupe de voisinage ne l’a pas signée.

 

Viabilité financière

Les bailleurs de fonds influent grandement sur l’évolution et la viabilité du Shelldale Centre. Les revenus tirés du loyer des partenaires sont essentiels à la viabilité du centre, mais il est parfois difficile pour les partenaires de services sans but lucratif de trouver du financement, notamment pour payer le loyer. La plupart d’entre eux sont au centre depuis belle lurette, malgré certains changements dus à une perte de financement ou à un besoin de réduire leur espace communautaire.

 

D’après Kate Bishop, un carrefour est un modèle formidable quand on peut obtenir le financement nécessaire. Un lieu comme le Shelldale Centre doit avoir un locataire-clé qui louera un espace considérable et attirera d’autres locataires. Le projet Partir d’un bon pas pour un avenir meilleur est considéré comme le locataire-clé, mais malheureusement, celui-ci a très peu de fonds et bénéficie de l’aide indirecte d’autres locataires. Selon Mme Bishop, en raison d’autres entraves, comme le financement cloisonné du gouvernement, les partenaires et les fournisseurs de services doivent se montrer extrêmement imaginatifs et prendre des risques.

 

Changements liés au financement et aux politiques

Quatre changements importants relatifs aux politiques et au financement ont touché le Shelldale Centre.

 

Développement communautaire

Pendant de nombreuses années, les Family and Children’s Services ont disposé de personnel communautaire qui travaillait dans les quartiers à risque, comme Onward Willow, pour mettre les familles ayant des enfants en contact avec d’autres résidents et services de leur communauté. Ce programme préventif était axé sur le renforcement des communautés, les relations entre les résidents et les mesures de soutien. Toutefois, le ministère des Services à l’enfance et à la jeunesse a supprimé le financement accordé à ce programme en 2009, et les fournisseurs de services communautaires de Guelph ont eu du mal à combler ce manque à court terme.

 

Relativement à la même période, la Cité de Guelph étudiait le rôle qu’elle jouait dans le financement et le soutien aux quartiers et travaillait avec la population à créer la Guelph Neighbourhood Support Coalition pour offrir du financement et de l’aide en matière de développement communautaire aux résidents et aux groupes communautaires. Même si cette aide financière n’est ni viable ni aussi substantielle que l’ancien financement dont bénéficiaient les Family and Children’s Services, elle a comblé une partie du manque au chapitre du soutien au développement communautaire.

 

Financement du projet Partir d’un bon pas pour un avenir meilleur

Le transfert de la responsabilité de l’éducation de la petite enfance du ministère des Services à l’enfance et à la jeunesse au ministère de l’Éducation a entraîné des changements aux règlements et aux normes sur le financement et l’offre de programmes touchant le projet Partir d’un bon pas pour un avenir meilleur. La modification du ratio entre le nombre d’enfants et le nombre de membres du personnel professionnel a conduit à la création d’un programme plus formel fondé sur le respect des ratios et d’autres exigences, ainsi qu’à un changement dans la mobilisation des bénévoles et la relation avec la population.

 

L’équipe du projet a été informée qu’elle pourrait continuer de recevoir du financement par l’intermédiaire de son fiduciaire, les Family and Children’s Services (moins un montant pour les frais d’administration exigé par le Ministère), ou obtenir les fonds directement si elle mettait sur pied un conseil d’administration. Elle a décidé, finalement, de créer un organisme sans but lucratif distinct, baptisé Shelldale Better Beginnings, Better Futures, pour recevoir le financement directement. L’équipe est ainsi devenue directement responsable de son projet, et la relation qu’elle entretenait avec l’Onward Willow Neighbourhood Group et les Family and Children’s Services s’en est trouvée transformée.

 

Ce processus de séparation de 18 mois, mouvementé, a causé des tensions entre les parties, mais aussi créé de nouvelles possibilités et relations. Les Family and Children’s Services entretiennent maintenant de bons liens, bien que différents, avec l’équipe du projet. L’incidence financière sur ce projet était au bout du compte positive : l’équipe estimait qu’elle pourrait bénéficier de plus de financement si elle avait une relation mieux définie et plus indépendante avec les partenaires de services d’origine. L’Onward Willow Neighbourhood Group a perdu son ancien lien avec le projet quand celui-ci a changé de nom, mais a noué une nouvelle relation avec la Guelph Neighbourhood Support Coalition et potentiellement obtenu l’accès à d’autres sources de financement.

 

Cité de Guelph

Vers la même période où se sont produits les changements touchant le projet Partir d’un bon pas pour un avenir meilleur, la Cité de Guelph a transféré son financement et ses mesures de soutien destinés aux résidents et aux groupes communautaires à la Guelph Neighbourhood Support Coalition. L’Onward Willow Neighbourhood Group n’a pas reçu le même montant que les autres associations de résidents de Guelph, en raison de son lien avec le projet; il estimait donc qu’il pourrait éventuellement obtenir plus de fonds s’il se distanciait du projet. (Consultez la section « Source » plus loin pour en savoir plus sur les ressources financières.)

 

Financement du Guelph Community Health Centre

Le Guelph Community Health Centre donne un exemple d’un autre problème de financement : il a été l’un des premiers fournisseurs de services à louer un bureau au Shelldale Centre, mais avait besoin de plus d’espace et voulait bâtir un bureau satellite attenant au centre. S’il a eu du mal à trouver du financement, c’est parce que l’on exigeait qu’il soit propriétaire du terrain où serait construit le bureau. Dans ce cas-ci, l’organisme est parvenu à négocier une approbation exceptionnelle l’autorisant à bâtir le bureau satellite sur un terrain loué. Malgré son issue heureuse, cet exemple illustre un problème : les bailleurs de fonds, qui veulent savoir quel pourcentage du site sera occupé par l’organisme financé, s’accordent mal des espaces communs, mais la possession de locaux cadre mal avec un milieu collaboratif commun comme un carrefour, selon M. Thornley, ancien directeur général du Guelph Community Health Centre.

haut de la page


Avantages et valeur ajoutée

« Toutes les personnes ayant un lien avec le centre connaissent l’ampleur de sa contribution », explique Sheila Markle. Le Shelldale Centre a d’importantes retombées sur le quartier, et ses différents partenaires y apportent un réseau de services accessibles. Le centre permet en outre aux fournisseurs d’améliorer l’efficacité de leur prestation de services.

 

Erin Harvey, des Family and Children’s Services, affirme que le Shelldale Centre « est un village pour les enfants ». Les membres de la communauté et les partenaires de services forment en effet une sorte de village où les enfants peuvent nouer de nombreux liens : ils établissent des relations, font du mentorat, les observent et les aident. C’est presque comme si la population élevait les enfants avec les parents. Les agents du Service de police de Guelph entretiennent par ailleurs une excellente relation avec les enfants, par exemple en jouant au basketball avec eux et en les aidant d’autres manières. Récemment, des agents ont été déployés dans le quartier pour une vraie demande de service, et ont dû « chasser » les enfants, qui pensaient qu’ils étaient venus les voir. Le carrefour a été dépeint comme le meilleur moyen d’offrir des services et du soutien aux familles, et même qualifié de magique, selon un résident cité dans une étude de 2005.

 

Le centre organise en outre des célébrations et des événements communautaires. Au pique-nique annuel de 2017, un des principaux leaders communautaires a mentionné à quel point le quartier serait différent sans le centre. Il est difficile de quantifier les changements locaux, et de montrer les retombées positives du Shelldale Centre sur la santé de la population. Des études ont néanmoins été menées sur le quartier et l’incidence de divers programmes, voire du centre, sur la population locale : l’Université de Guelph a réalisé une étude longitudinale de dix ans sur l’incidence du projet Partir d’un bon pas pour un avenir meilleur sur le développement de l’enfant dans les années 1990. De plus, des études plus récentes ciblent quant à elles les Family and Children’s Services, les partenariats de services et la participation communautaire. (Voir le site du projet Partir d’un bon pas pour un avenir meilleur pour en savoir plus.)

 

Le centre procure clairement des bienfaits aux résidents du quartier Onward Willow, qui se heurtent à des obstacles lorsqu’ils essaient d’obtenir des services dans le centre-ville de Guelph : grâce à lui, ils ont accès à toute une gamme de programmes et de services de prévention et d’intervention de qualité dans le quartier. Comme l’a expliqué Lorri Sauvé, ancienne directrice générale du projet Partir d’un bon pas pour un avenir meilleur : « Le personnel n’a qu’à prendre le membre de la famille par la main et à le conduire vers un autre fournisseur de services au bout du couloir. » Les résidents sont aussi mis en contact plus facilement avec les services externes. La langue est parfois un obstacle, mais généralement, quelqu’un sur place, parmi les différents fournisseurs de services, est en mesure de servir d’interprète.

 

Une fois que les résidents ont confiance en l’un des fournisseurs de services et se sentent à l’aise avec lui, ils commencent à se renseigner sur les autres programmes offerts au centre. Nuttley, un résident, est passé d’opposant à défenseur actif du centre, et par la suite s’est joint au conseil d’administration du projet Partir d’un bon pas pour un avenir meilleur.

 

Des habitants du quartier font du bénévolat dans le cadre de certains programmes. Ils se présentent à l’accueil pour faire une visite, boire un café, ou accéder au centre informel de distribution de vêtements et de nourriture. Nuttley affirme qu’il n’avait jamais rien vu de tel : des enfants qui font des accolades aux travailleurs des Family and Children’s Services. À un pique-nique communautaire tenu récemment, le chef de police s’est tourné vers Sheila Markle, directrice générale des Family and Children’s Services, et lui a dit « N’est-ce pas fantastique? » en voyant les activités et la nourriture, ainsi que les parents et leurs enfants, le personnel des organismes partenaires et les bénévoles qui passaient du bon temps.

 

Les partenaires de services du Shelldale Centre sont également influencés positivement par leur relation avec la population et les autres partenaires. Le regroupement des partenaires au carrefour permet à ceux-ci de communiquer avec une plus grande efficience et efficacité, et offre des possibilités de collaboration et de créativité, engendrant ainsi des relations entre les services plus fortes, directes et informelles. Onward Willow est un quartier d’accueil des nouveaux arrivants de Guelph, et les fournisseurs de services constatent de leurs propres yeux les nouveaux besoins sur les plans de la langue, de la culture et des services. Le Shelldale Centre leur permet de mettre des idées et de nouvelles approches à l’essai.

 

Le Shelldale Centre est une source d’inspiration pour de nombreux autres centres et carrefours depuis un moment. Selon Lorri Sauvé : « Il devrait y avoir des centres semblables dans tous les quartiers. » Bon nombre des partenaires s’investissant actuellement auprès du Shelldale Centre appuient des initiatives communautaires visant à créer un carrefour semblable dans le quartier Brant de Guelph. La Cité de Guelph a acheté auprès du conseil scolaire un terrain situé entre une école publique et un parc municipal, et a tenu des consultations communautaires en vue de réaménager ce parc et d’intégrer un carrefour communautaire. Le carrefour projeté dans le quartier Brant fournirait d’importants services et mesures de soutien communautaires, serait relié au parc et à l’école existante, et permettrait de mieux utiliser l’espace.

 

Le Shelldale Centre et les relations établies rapidement entre les partenaires de services et la population ont inspiré la Guelph Neighbourhood Support Coalition pendant la conception de sa structure de gouvernance. La coalition compte ainsi deux groupes d’experts : un pour les représentants des quartiers de Guelph, et un autre pour les fournisseurs de services. Des représentants de chaque groupe siègent au conseil décisionnel et participent à toutes les décisions. À l’assemblée générale annuelle, toutes les décisions se fondent sur un ratio de 2:1 : chaque vote d’un résident vaut deux votes d’un fournisseur de services. Cette pondération permet que les résidents aient le gros bout du bâton pour diriger et soutenir le développement communautaire.

 

Kindle lui aussi évolue : créé à l’origine pour gérer le Shelldale Centre, l’organisme cherche maintenant à aider d’autres groupes communautaires offrant des services aux enfants et aux familles.

haut de la page


Leçons tirées et conseils

Leçon tirée n° 1

La population et les partenaires de services partageaient une vision stricte et convaincante qui a inspiré les premières relations établies et mené à la création du Shelldale Centre. Malgré les changements dans la structure et les relations, la vision et la relation familiale ont perduré.

Leçon tirée n° 2

L’histoire du Shelldale Centre illustre des problèmes et possibilités pouvant apparaître au fil du temps et montre qu’il est possible de gérer un changement de manière créative et efficace.

Leçon tirée n° 3

Le Shelldale Centre prouve qu’un centre communautaire polyvalent peut prospérer et être viable pour la population et les partenaires de services. Les études indépendantes menées sur les services et les facettes du centre peuvent servir à prouver les retombées, lesquelles sont habituellement beaucoup plus difficiles à évaluer et à montrer pour les membres de la communauté et les fournisseurs de services communautaires.

Leçon tirée n° 4

Quand les quartiers collaborent, ils peuvent avoir énormément d’influence. À l’ouverture du Shelldale Centre, la Cité de Guelph était favorable au projet et offrait des programmes communautaires dans le gymnase, dans le cadre de ses services de parc et de loisirs. Au départ, les résidents ne fréquentaient pas beaucoup le centre, car ils ne voulaient pas recourir à des programmes du quartier Onward Willow. La Cité fournit maintenant une subvention pour que la population puisse utiliser le gymnase, qui est d’ailleurs tout le temps réservé par les résidents et les fournisseurs de services. Les partenaires du Shelldale Centre se servent efficacement des locaux du carrefour pour le bien du public, engrangeant de meilleurs résultats que s’ils travaillaient seuls.

Leçon tirée n° 5

La présente étude de cas montre l’influence positive et négative des bailleurs de fonds sur la nature des relations et, tout particulièrement, la structure globale du Shelldale Centre.

Leçon tirée n° 6

La collaboration est un travail compliqué et difficile. Il faut du temps, des ressources et une volonté de partage dépassant les limites de l’organisme ou du programme. Certains partenaires ont changé, tout comme les modalités des relations et la capacité interne du carrefour, mais le désir de collaborer est demeuré.

haut de la page


Share this article! Select your platform:Partagez cet article:

Related Content

Articles Liés

{:ca}National Community Hubs Program: Delivery and Outcomes Report{:}{:fr}Programme national des carrefours communautaires : rapport des résultats et de livraison{:}
Ce rapport présente les résultats et le rendement du National Community Hubs Program (NCHP) depuis 2015, ainsi que les conclusions ...
{:ca}Developmental Services Ontario - MyCommunityHub.ca{:}{:fr}Les Services de l’Ontario pour les personnes ayant une déficience intellectuelle - MyCommunityHub.ca {:}
Les Services de l’Ontario pour les personnes ayant une déficience intellectuelle aident les adultes qui ont une déficience intellectuelle à ...
{:ca}Community Foundations{:}{:fr}Fondations communautaires{:}
Les fondations communautaires utilisent leur temps, leur leadership et leurs ressources financières pour appuyer des initiatives locales et aider les ...

Join the conversation Rejoindre la conversation

  Subscribe  
Me notifier des